EDOUARD JOHNSON / BFA

Accueil » Galerie » L’homme branché
"l'homme branché", plastiroc, 2010.

L’homme branché

« L’homme branché »
17x60x9cm
Tôle, écran, plastiroc,
tube néon vert.

Participation à une exposition dans les locaux de l’association Artisens dans le quartier de l’Abbey à Grenoble sur les conséquences des nouveaux progrès techniques et technologiques.

Au cours des siècle les avancées technologiques ont permis à l’homme de selibérer des servitudes de la nature et d’améliorer le confort du quotidien afin de
créer et grandir. L’homme a élargi ses horizons grâce à l’évolution des
transports, transmis les connaissances par l’oral, le livre et maintenant l’internet. Il a révélé ce qui naturellement serait invisible grâce à des techniques comme Hubble pour l’espace, le microscope et I’accélérateur de particule pour I’infiniment petit.
Mais, écrivait Alain Gras, sociologue, dans le Monde du 11.01.1994, « Cet
homme, entouré d’objets techniques, ne voit la technique que sous la forme la
plus naïve et la moins dangereuse. Il admire la grandeur de la taille et de la
puissance, il ne s’aperçoit pas qu’il en devient totalement dépendant ». Notre
degré d’interdépendance devient évident lors d’incidents aux impacts globaux
comme I’irruption récente du volcan Islandais Eyjafjöll ou l’accident de Tchernobyl.
Nous avons créé un réseau technologique sur lequel nous sommes en
permanence branchés et ces systèmes influencent notre mode de
pensée .
Bill Joy, créateur du langage Java alertait déjà en 2000 sur les limites de cette
fuite en avant -InternetActu.net – : « Si les avancées technologiques ne sont plus
à nos yeux que des évènements de routine ou presque, il va pourtant falloir
regarder les choses en face et accepter le fait que les technologies les plus
irrésistibles du XXIème siècle, les robots, les OGM, et les nano robots, font
peser une menace d’une nature foncièrement différente de celle des
technologies antérieures : ils ont la capacité de s’auto reproduire ».
Il existe des menaces plus imminentes et connues, pollution, réchauffement de
la planète, nuisances divers comme le montre clairement le nucléaire, une
technologie fantastique procurant le confort au plus grand nombre mais dont les dangers et menaces associés sont loin d’être négligeables et sans conséquences sur la santé et le bien-être.

Notre cerveau a généré des merveilles technologiques qui à
leurs tour permettent des avancées spectaculaires de la pensée. L’homme
branché ne s’est-il pas débranché de son univers naturel et source de toutes
choses, devenu si dépendant des systèmes qu’il est maintenant incapable de faire des choix, comme un joueur pris dans une spirale infernale menant inexorablement à sa déchéance?


Edouard Johnson, mai 2010.